Gros coup de cœur pour un bouquin !

"Les raisins de la colère" de John Steinbeck
Début des années 1930, pendant la dépression, on suit sur 600 pages la famille Joad, petits métayers de l’Oklahoma, qui, suite à des années de sécheresse, sont chassés de leur terre, et sont forcés de partir pour travailler comme journaliers.
Ils achètent un vieux camion pour emporter quelques matelas, un peu de vaisselle et du linge, et s'y entasser tous : 13 personnes et 1 chien.
La route sera longue et meurtrière, déprimante et dure. 
Comme de très nombreux "okies", ils ne seront pas les bienvenus à l'ouest.

Ce bouquin écrit en 1939 (prix Pulitzer en 1940) résonne dans l'actualité : on y parle d'émigrants, de camps de transit, de population déplacée...
Steinbeck nous décrit l'animosité (faible mot) des habitants de l'ouest, nantis et bien nourris, vis à vis de leurs compatriotes des états du centre, et de la soif de profit des gros propriétaires terriens exploitant cette main d'oeuvre bon marché.
Cette mentalité me renvoie au génocide indien, à l'esclavage, au rejet des étrangers (musulmans, Mexicains...), et je me dis qu'avec leur débile aux cheveux orange, ils ne sont pas prêts de s'ouvrir au monde...

Le fantôme de Tom Joad, comme le chante Bruce Springsteen, me hantera longtemps... A dévorer.

Par contre, j'ai revu l'adaptation de John Ford (1940, qui a reçu 2 oscars) sur youtube (mauvaise qualité d'image et de son, doublage en français atroce) qui ne présente même pas 10 % du bouquin, avec des raccourcis dignes d'Hollywood.
John Ford a, selon moi, simplifié à l'extrême le bouquin, limite en le dénaturant.
Le côté positif est d'avoir montré à un grand public, l'histoire des USA, pendant la dépression.

Aucun commentaire: